Comment rédiger des contenus optimisés SEO

Les produits, activités ou services d’un site web se doivent d’être connus par son audience cible, ses clients. Pour y parvenir, il faut faire en sorte que ce site se positionne sur les premières pages de SERP de Google. Cela nécessite de miser sur un référencement minutieux. Dans ce cas, toute l’attention se penche sur la rédaction SEO ; elle joue un rôle non négligeable. Il est impératif que les pages d’un site web satisfassent aux critères de référencement de Google. Une question se pose en quelque sorte : comment procéder pour réussir à avoir des contenus optimisés SEO ?

Trouver le bon mot-clé principal : première étape de la rédaction des contenus optimisés SEO

La rédaction des contenus optimisés SEO sous-entend le fait de miser sur des mots-clés. Le mot-clé principal le plus adapté à son objectif est à rechercher. Pour cela, l’utilisation des outils générateurs de mots-clés s’impose obligatoire. En effet, c’est par le truchement desdits outils qu’on puisse connaître quel mot utiliser face à un tel ou tel secteur d’activité. En fait, on ne doit pas sous-estimer également l’importance de savoir sur quel mot on souhaite se positionner. Par conséquent, il ne s’avère pas difficile de choisir le mot clé qui vise ses cibles, étant adapté à son objectif et son domaine. Certes, il se peut que l’expression choisie soit concurrentielle. Pourtant, on peut s’en servir, surtout si on la trouve utile. Dans certains cas, le recours au mot-clé dit longue traîne est bénéfique. Seulement, il faut choisir, encore une fois, celui qui permet d’avoir des contenus optimisés SEO.

Respecter la norme de la densité de la requête

La requête cible, aussi appelée mot-clé principal, se doit de figurer plusieurs fois dans un article ou page. C’est vrai parce qu’elle représente le mot sur lequel on veut se positionner sur Google. Faire figurer maintes fois ne veut pas dire en abuser. Il faut respecter une certaine densité. De plus, l’abus de mot-clé est synonyme de sur-optimisation. Néanmoins, les contenus optimisés SEO ne font pas compagnie avec ladite sur-optimisation. Dans le cas contraire, le site web à référencer se met en péril. La densité doit varier selon plusieurs paramètres. D’une manière générale, il faut prendre en considération le nombre des mots de l’article à rédiger. En fonction de cela on peut déterminer la densité sur laquelle miser. L’objectif à atteindre est clair : on met plusieurs fois le mot-clé principal, sans pour autant dépasser la norme préétablie. Si on parvient à le faire dans la rédaction de ses pages web, on peut espérer avoir rédigé des contenus optimisés SEO.

Utiliser des mots-clés secondaires : clé pour avoir des contenus optimisés SEO

Ne focaliser que sur le mot-clé principal induit en erreur. La rédaction des contenus optimisés SEO ne se limite pas à cela. D’autres éléments s’imposent nécessaires, voire incontournables : les mots-clés secondaires. Ils sont pris à la légère par bon nombre de rédacteurs SEO, mais contribuent largement au référencement de ses pages. Pour les trouver, il suffit de se servir d’un tel ou tel outil. Les mots-clés secondaires représentent les mots plus ou moins concurrentiels, mais sont complémentaires avec le mot-clé principal. Ils se doivent d’être intégrés dans les textes. Les intégrer est une chose, mais savoir les intégrer en est une autre. En principe, un mot-clé secondaire ne doit pas figurer plus d’une fois, ou au maximum deux fois dans un texte. Aussi, le mot-clé secondaire respectif reste à mettre d’une manière naturelle.

Le champ lexical : levier des contenus optimisés SEO

Après le mot-clé principal et les mots-clés secondaires, le champ lexical aussi a son rôle dans la rédaction des contenus optimisés SEO. La rédaction SEO rend nécessaire le recours au champ lexical avec le mot-clé principal. Tout mot de la même famille que lui peut être mis dans le texte. Utiliser du champ lexical sous-entend s’étendre sur des vocabulaires variés. Il enrichit les mots utilisés dans un texte, et lui donne plus de fluidité. En fait, il est judicieux de ne pas confondre le champ lexical avec les mots-clés secondaires. Il représente les expressions ou mots plus proches de la langue française. Tandis que les mots-clés secondaires sont en rapport avec les mots utilisés principalement sur Internet. Si on mise bien sur le champ lexical, ses textes deviennent plus visibles par les internautes. Car tous les mots susceptibles d’être tapés par eux se trouvent dans le texte.

Bien structurer son site avec les balises HN

La rédaction de contenu et des balises hn lors d'une formation

Les balises d’en-tête, comme vous pouvez le deviner, sont utilisées pour différencier le sujet sur une page web spécifique. Elles vous permettent de structurer votre page de manière ordonnée. Ces en-têtes sont appelés balises d’en-tête HTML, balises de titre et balises d’en-tête SEO. Si vous avez du mal à rédiger vos textes web vous pouvez faire appel à un rédacteur web redacteur-web.biz

La balise d’en-tête la plus importante est la balise H1 et la moins importante est la H6.

La hiérarchie des balises HN doit être respectée. Pour être plus précis, si vous sautez l’une des en-têtes dans l’élaboration de votre contenu, la structure sera brisée, ce qui va affecter le référencement de la page.

Les balises d’en-tête jouent un rôle très important dans l’optimisation de la page. Ajuster ou même ajouter des balises d’en-tête à votre site web est l’une des choses les plus faciles que vous puissiez faire pour tirer le meilleur parti de votre temps!

Je vais rapidement vous présenter ce que sont les balises d’en-tête et comment vous pouvez les utiliser au mieux.

Vue d’ensemble des balises HN (balises d’en-tête)

Les balises d’en-tête sont les balises H1 à H6 qui donnent au texte une police plus grande et une plus grande visibilité.

Dans un site bien conçu, les balises hn ont pour principal objectif de structurer la page, pour une meilleure présentation du contenu du site aux internautes et aux moteurs de recherche. Ainsi, les visiteurs comprennent mieux votre contenu et votre site est optimisé pour les moteurs de recherche.

Un bon site attire les visiteurs avec des en-têtes qui montrent ce qu’il offre et comment y naviguer. Pour ce faire, vous pouvez mettre les mots-clés en gras et les sujets dans des balises d’en-tête.

Étant donné que la plupart des internautes peuvent rapidement passer au site suivant s’ils ne voient pas rapidement sur quoi ils s’attardent, les en-têtes de structure ajoutés à votre site sont essentiels pour fidéliser les visiteurs.

Les algorithmes des moteurs de recherche accordent plus de poids aux mots entre les balises HN. Bien que cela varie selon les moteurs de recherche et que certains doutent de leur efficacité, si les balises d’en-tête ne sont pas utilisées à mauvais escient, elles ne peuvent que contribuer à un bon classement des moteurs de recherche.

La structure des balises HN dans vos pages web

Les balises de titre H1, H2, etc. fournissent une signification sémantique à votre contenu. Vous devez les utiliser de façon hiérarchique. Ainsi, H1 doit venir avant un H2 et un H2 avant H3 et ainsi de suite.

Il n’y a pas de limite au nombre d’en-têtes et de niveaux que vous pouvez avoir sur une page Web. Toutefois, vous devez garder une limite raisonnable pour éviter toute confusion dans l’esprit du lecteur. Les utilisateurs vont trouver plusieurs en-têtes pour le même texte et ne vont pas comprendre lequel est le plus approprié. Idéalement, vous pouvez avoir un H1, un H2 et un H3 sur la même page avec différents mots clés associés.

Voici à quoi ressemble la hiérarchie des balises HN:

<h1> Rubrique 1 </ h1>

<h2> Rubrique 2 </ h2>

<h3> Rubrique 3 </ h3>

<h4> Rubrique 4 </ h4>

<h5> Rubrique 5 </ h5>

<h6> Rubrique 6 </ h6>

Un exemple de structure brisée serait par exemple si vous utilisez une balise H1 en haut de la page, pour mettre à la suite une balise H3. Cela va rendre la structure peu conviviale pour les moteurs de recherche.

Par contre, un bon exemple de balises HN idéales pour le référencement serait similaire à la structure ci-dessous:

<h1> En-tête principal </ h1>

<h2> Titre secondaire 1 </ h2>

<h3> En-tête de sous-section de la rubrique secondaire 1 </ h3>

<h2> Titre secondaire 2 </ h2>

<h3> Sous-section de la rubrique secondaire 2 </ h3>

Quelques conseils pratiques dans l’utilisation de vos balises HN

La balise d’en-tête H1 est généralement la plus grande taille de police, et elle possède le plus grand impact avec les moteurs de recherche.

Utilisez-la pour mettre en évidence les mots-clés et les thèmes les plus importants sur chaque page. Étant donné que la police est trop grande dans la plupart des cas, vous pouvez définir une taille plus petite à l’aide du CSS. Pour éviter les pénalités avec les moteurs de recherche, ne l’utilisez pas plus d’une fois par page. Utilisez les balises H2 à H6 pour introduire d’autres en-têtes de section si nécessaire.

Concernant les mots-clés, nous sommes bien d’accord que les balises d’en-tête doivent en avoir. Mais il ne faut pas exagérer. Donc, ne les « bourrez » pas avec des mots-clés et assurez-vous qu’elles se lisent aussi naturellement que possible. Au contraire, vous risquez des pénalités de la part des moteurs de recherche et même un désintérêt de la part du lecteur.

Conclusion

Avec les avantages qu’elles offrent en présentant votre site aux lecteurs et aux moteurs de recherche, les balises HN doivent être soigneusement organisées. Un site bien structuré offre une meilleure expérience aux internautes et un meilleur référencement.

Le Content Marketing : le contenu au centre du référencement – Suite et fin

contenu référencement naturel

Nous revoilà pour la suite de cet article !
Si vous atterissez ici en premier, assurez vous d’avoir lu le début de ce sujet : Content marketing : partie 1

Reprenons, nous en étions au niveau des facteurs de motivation du partage. Voici quelques informations supplémentaires :

Un autre facteur de motivation du partage est l’avantage personnel. Il ne s’agit pas nécessairement d’un paiement financier, mais le fait de partager quelque chose parce que vous voulez obtenir quelque chose en retour, créer de la bonne volonté ou simplement vous faire remarquer sont également des avantages personnels.

Dans cette optique, il est également important de réfléchir à ce qui attire le bon type d’actions. Une photo d’un chat mignon peut avoir des milliers d’attraits sur Facebook sans attirer un seul lien, alors qu’une ressource étendue rapporte des centaines de liens mais seulement une poignée d’actions ou de tweets.

Jetez un coup d’œil à la liste ci-dessous et demandez-vous ce que vous préférez. Habituellement, plus une action demande d’efforts, plus elle a de valeur.

 

*Facebook Like : « Voici une autre photo d’un chat mignon. »

* Retweet : « Quelqu’un en qui j’ai confiance aime ça, donc c’est probablement génial. »

*Partage sur Facebook : « C’est assez bon pour me faire rompre mon habitude de cliquer sur le même bouton. »

*Tweet : « Tu m’as fait dire quelque chose sur Twitter. »

*Message sur Facebook : « J’ai été assez déclenché pour créer un message sur Facebook. »

Lien régulier : « Je viens de me connecter à WordPress / Tumblr / n’importe quoi et j’ai libéré ma connaissance du HTML sur quelque chose qui dépasse 140 caractères. »

* Google Plus : « Oh Google, je t’aime. »

Attention, vous ne devez pas vous concentrer uniquement sur les liens, mais choisir un concept qui est seulement capable d’obtenir des Likes ou des Partages sur Facebook n’est probablement pas votre meilleure option.

Pour les éléments de contenu individuels, vous n’avez probablement pas besoin de créer des profils de personnalité à part entière, mais vous devriez certainement y réfléchir.

Pose-toi la question : « Si je crée ceci, qui y accèdera ? Et pourquoi ? ». Si vous n’êtes pas en mesure de répondre immédiatement à cette question, il est probablement préférable de créer d’abord des profils de personnalité.

Une fois que vous aurez une image claire de votre public cible, vous serez en mesure de créer du contenu qui est beaucoup plus efficace.

Vous avez besoin d’un contenu fait pour être partagé.

Le succès est presque une garantie quand votre contenu l’est :

Simple

Digne de confiance

Reconnaissable / identifiable

Unique / inattendu

Si vous analysez différents exemples de contenus très réussis, vous constaterez qu’il y a un dénominateur commun : ils déclenchent tous des émotions d’action.

Notre comportement normal est de digérer le contenu. Lire, voir, voir, voir, passer à autre chose. Mais des émotions fortes peuvent faire en sorte que les gens agissent différemment de leur comportement normal. Elle peut inciter les gens à passer à l’action, au lieu d’adopter un comportement passif et digestif. Plus l’émotion est forte, plus quelqu’un fera d’efforts pour faire passer le mot.

Si vous ciblez les bonnes émotions, vous serez peut-être en mesure de les persuader de passer à l’action, en partageant votre contenu. Cela peut sembler manipulateur, mais c’est tout ce qu’est le marketing : persuader les gens de prendre des mesures spécifiques.

Il y a des douzaines d’émotions différentes, et certaines sont plus faciles ou plus efficaces à cibler que d’autres. En général, la plupart des émotions peuvent être divisées en six catégories différentes : fierté, plaisir, passion, peur, colère et tristesse.

Si vous avez déployé suffisamment d’efforts dans les trois premières étapes de ce processus, la promotion sera un jeu d’enfant. Vous saviez dès le départ qui vous visiez, ce qui vous a facilité la tâche en leur faisant subtilement partager votre contenu en déclenchant leurs émotions.

Le Content Marketing : le contenu au centre du référencement – Partie 1

Le Content Marketing

Comment le contenu est devenu aussi important ?

Il y a quelque temps, le marketing de contenu a surpassé la création de liens, en termes de volume de recherche. Ce n’est certainement pas quelque chose de nouveau, mais apparemment le terme est suffisamment explicite au niveau du PDG et du manager pour avoir gagné une place dans le marketing de contenu sur les produits des agences de référencement et de marketing en ligne orientées ventes.

Il existe deux types de marketing de contenu. La forme traditionnelle, vieille d’un siècle, consiste à publier du contenu afin d’acquérir des clients. Plus récemment, la publication de contenu en vue d’acquérir des liens a également été qualifiée de marketing de contenu, mais on peut le différé de l’original. Bien sûr, cela peut éventuellement mener aux mêmes résultats (plus de ventes), mais les objectifs initiaux sont différents. Soit vous commercialisez votre produit par le biais du contenu, soit vous commercialisez votre contenu.

Créez simplement du contenu convaincant et des liens suivront, n’est-ce pas ?

Dans un monde idéal, oui. Mais pas dans le monde réel.

Il arrive souvent que des personnes qui essaient d’utiliser du contenu dans leur stratégie marketing, se débattent avec lui, puis l’abandonnent rapidement lorsque les résultats sont insatisfaisants et enfin qui déclarent que le « content marketing ne fonctionne pour eux ».

Eh bien, tout le monde peut utiliser le contenu pour construire efficacement des liens d’une manière rentable, mais seulement avec la bonne stratégie.

Des situations différentes exigent des approches différentes. Essayez de découvrir ce dont vous avez le plus besoin dans votre situation, en regardant de près vos concurrents avec des outils comme MajesticSEO. Pas pour voir ce que vous pouvez copier, mais pour une analyse. Le tout dans le but d’identifier les faiblesses de votre profil de lien qui doivent être corrigées, mais aussi repérer les opportunités ou les menaces.

S’il s’avère que votre profil de lien manque de pertinence (vous avez beaucoup de liens, mais presque aucun de votre propre industrie), vous aurez besoin d’une approche différente que lorsque vous avez simplement besoin de volume. Et les besoins d’un site Web établi et faisant autorité sont différents de ceux d’un site relativement nouveau.

Vous avez défini votre besoin ? Vous pouvez passer à l’étape suivante

Avant de commencer à réfléchir à des idées que vous pouvez utiliser, il est très important d’obtenir une image claire et nette de votre public cible. Qui sont-ils et, plus important encore, qu’est-ce qui fait que votre auditoire a des parts de marché ?

Cela diffère généralement d’une industrie à l’autre et d’un type de site Web à l’autre. Par exemple, un site affilié de voyage montre un comportement de liaison et de partage différent de celui d’un blogueur de la finance. Et n’oubliez pas : les sites Web ou les entreprises ne partagent pas des choses, ce sont les gens qui les partagent.

Il existe plusieurs raisons pour lesquelles les gens partagent des choses. La singularité et le fait d’être vous-même est sans aucun doute le plus important facteur de motivation pour le partage. Vous êtes ce que vous partagez, et les gens construisent continuellement leur marque personnelle en ligne. Jetez un coup d’œil à ce que vous partagez en ligne. Il est facile de se faire une bonne idée de qui vous êtes en analysant ce que vous avez partagé dans le passé.

Une petite vidéo en anglais sur le content marketing qui résume bien le sujet :

Assez pour aujourd’hui ! Cet article étant conséquent, prenez une pause et lisez la suite ici : Le content Marketing – Partie 2 .